Les visages des RP danses - Genève

Les visages des RP danses - Genève

UN VISAGE PLURIEL

L'association des RP danses – Genève, constituée en mai 2008, compte 2 collaboratrices fixes (0,8 pt), 6 membres du comité et 160 membres professionnel·le·x·s représenté·e·x·s: interprètes en danse, porteur·euse·x·s de projets, chorégraphes, administrateur·ice·x·s, enseigant·e·x·s, etc.
Dans le cadre de notre année anniversaire des 15 ans, découvrez au fil des mois quelques-uns des visages qui composent le bureau, le comité, ou encore les membres et partenaires de l'association.
(Avril 2023)


_____________________


RENCONTRE #2 AVEC...




Edouard Hue (E.H.) & Caroline de Cornière (C.C.), membres du comité
Propos recueillis par Anaïs Glérant & Barbara Yvelin, bureau des RP danses - Genève

Le bureau Qu’est-ce qui vous a encouragé à vous engager auprès d’une association métier telle que les RP danses ?
C.C. Comme professionnelle, je suis directement concernée par les conditions de travail et les problématiques du métier. J'ai le désir et l'élan de faire en sorte que s'améliorent nos conditions de travail. Il est nécessaire que les pouvoirs publics et les politiques culturelles puissent compter sur des " experts " pour envisager une consultation active et engagée.
E.H. J’ai réussi à vivre de la danse grâce au travail de nombreuses personnes ayant créé tous les dispositifs actuels. Je me suis engagé auprès des RP danses pour essayer de faire partie de ces personnes qui apportent à l’architecture constitutive du secteur.

Le bureau Quelles sont, selon vous, les thématiques prioritaires que doivent défendre une association métier ?
C.C. La thématique salariale: nos salaires sont hors réalité ! La thématique de la santé au travail de manière structurelle - de la formation à la retraite. La thématique de la maternité / rupture de carrière ( en lien avec la santé au travail). La thématique de l'inclusion - de la formation à la professionnalisation.
E.H. Une association métier doit, à mon sens, défendre les intérêts d'un secteur et permettre de créer / impulser des initiatives pour le faire évoluer.

Le bureau En tant que chorégraphes, à quels enjeux et difficultés faites-vous face ujourd'hui ? Et comment, en tant que membre du comité, comptez-vous vous impliquer pour y répondre ?
C.C. (Compagnie C2C) - Continuer à vivre de mon métier, entièrement ! J'essaie de faire prendre conscience aux pouvoirs publics, via les tables rondes, les échanges et les consultations, de la nécessité de considérer le métier depuis l'intérieur, soit depuis le corps:
- En prenant soin des corps, et des corps vieillissants pour qu'ils puissent continuer à danser et vivre convenablement.
- En créant des conditions de productions autres : travailler local, avec des temporalités plus longues, des modes de productions plus doux et des partenariats (programmation) sur du long terme.
- En favorisant le tressage des générations dans les projets.
E.H. (Beaver Dam Company) - Je ne parlerais pas forcément de difficulté mais plutôt de contexte et d’architectures qui sont à transformer, adapter ou à créer pour permettre une ergonomie de travail plus performante. J’imagine mon implication en amenant l’expérience du terrain dans l’association et trouver des outils qui permettent d’améliorer le travail journalier des acteur et actrices du milieu.

Mai 2023


__________________________


RENCONTRE #1 AVEC...


Barbara Yvelin, secrétaire générale des RP danses - Genève (depuis août 2019)
Propos recueillis par Anaïs Glérant, collaboratrice ponctuelle au bureau des RP danses

A.G. Les RP danses – Genève en deux mots, c'est... ?

B.Y. Des forces vives qui font preuve de générosité, de forces de propositions, d'espoir et de colère aussi parfois [rire], pour aller dans le sens d'une plus grande attractivité de la profession danse en défendant de meilleures conditions de travail et de production notamment. L'association est constituée de professionnel·le·x·s qui s'engagent – un peu ou beaucoup, sur le court ou le plus long terme – selon leur temps, leur énergie et leurs convictions.
Les Rencontres professionnelles de danses – Genève ce sont des rendez-vous collectifs, un accompagnement personnalisé, des faces à faces; des partages et transmissions de savoirs (pôle "formation") ainsi que des échanges et retours d' expériences vécues comme positives ou à améliorer (politique culturelle et sociale).
Les RP danses – Genève, ce sont 15 ans d'histoire qui forment une partie de notre mémoire collective locale, avec ses succès et ses ratés, ses coups de gueule et ses réjouissances.

A.G. Les points forts de ces trois dernières années (2020-21-22) selon toi ?

B.Y. La capacité à nous mobiliser, en plein Covid, avec quelques membres constitués en groupe de travail pour maintenir la Scène danse de la Fête de la musique (éditions 2020 et 2021); l'aptitude – toujours en plein Covid – à prendre à bras le corps les difficultés en lien avec la vague MeToo danse, à questionner nos cadres de travail et ses enjeux sur la santé (formations & ateliers pour compagnies et écoles professionnelles, dépliant de prévention/sensibilisation) ; le cycle de trois rencontres mené à la sortie de la pandémie (relève et durabilité de la profession d'interprète, problématiques liées à la production-diffusion, regards croisés sur les avancées en matière de prévention du harcèlement); la permanence hebdomadaire (118 rdv en 3 ans), et bien sûr les échanges de pratique en danse des lundis matins à l'Impasse ! Sans oublier notre adhésion et participation au lancement de la FRACG – Fédération du Réseau artistique et culturel – Genève* ainsi que notre participation à la récente consultation menée par le Canton sur des questions de politique culturelle.

A.G. Les sujets qui vont occuper l'association ces prochains mois ?
B.Y. Difficile à dire tant l'actualité change rapidement.... mais les questions sociales comme la conciliation entre vie privée/vie professionnelle, notamment par rapport à la parentalité ainsi que les conditions de travail financières (rémunération et subventionnement entre autres) seront au centre de notre attention.

A.G. Le mot de la fin ?
B.Y. Pensée envers mes prédécesseur·euse·x·s pour leur apport dont j'ai bénéficié, mes remerciements à toutes celles et ceux (qui se reconnaîtront) qui ont collaboré avec le bureau ces trois dernières années, ont apporté leurs regards, savoirs et compétences sur des projets ciblés et ponctuels, à celles et ceux qui soutiennent les actions de notre association (membres, partenaires, subventionneurs et fondations privées, etc.) et enfin à ma collègue Marie-Elodie Greco, en charge du pôle formation, avec laquelle j'ai le grand plaisir de travailler depuis plus d'un an maintenant !

* initiée par Action Intermittence, la FRACG facilite la concertation entre ses structures membres adhérentes, cerne les problématiques communes et organisent des délégations auprès des pouvoirs publics.

Avril 2023